Territoires et gestion de la masse monétaire pour un développement endogène



La théorie de gestion de la masse monétaire…

Cette théorie se base sur un mécanisme de gestion rationnelle de la masse monétaire dans un territoire géographique, à fin d’assurer une dynamique commerciale qui contribuerait à l’épanouissement économique de ses habitants.

Du coup, le mécanisme peut être appliqué à toutes les échelles spatiales allant de l’échelle de l’agglomération à celle d’une ville et même d’une commune ou communauté rurale.

A l’échelle d’une commune ou communauté rurale, la théorie peut être assimilée à une option de développement local qui s’appuie sur les piliers économiques locaux. Ces derniers renvoient à l’ensemble des ressources vitales produites par l’espace concerné et qui font partie intégrante des éléments tonifiants de son activité économique.

Ainsi, il s’est trouvé que dans chaque espace géographique donné, il existe selon la capacité de la population active, une masse monétaire, certes fluctuante, mais jouissant d’une stabilité en étroite corrélation avec plusieurs leviers de production économique intrinsèque aux caractéristiques politico-environnementales de l’espace.

De fait, selon l’utilisation de cette masse monétaire, il existe des «espaces lentinor» et des « espaces d’stock » et des espaces à caractère hybride, c’est-à-dire semi « espace lentinor » et semi « espace stock ».

Sachant que tous les espaces renferment le caractère lentinor, ci-dessous nous exposons le sens objectif de chaque type d’espace :

« Espace lentinor » : un espace qui ne parvient pas à maintenir 25% de sa masse monétaire au sein de son territoire dans ses échanges économiques mensuelles ;

« Espace stock » : un espace qui parvient à maintenir plus de 50% de sa masse monétaire au sein de son territoire dans ses échanges économiques mensuelles ;

« Espace hybride » un espace qui ne parvient qu’à maintenir 25 à 30% de sa masse monétaire au sein de son territoire dans ses échanges économiques mensuelles ;

Le danger est d’être « un espace lentinor » ou d’être un « espace hybride » et d’y perdurer pour une durée qui pourrait provoquer une endémicité ou crise économique locale sans issu possible à l’immédiat.

L’idéal est d’être un « espace de stock », qui est un espace compétitif. Car il regorge plusieurs éléments de références productives, qui sont entretenus par le « patriotisme économique local » des populations et sollicités par les espaces voisins à cratère lentinor ou hybride.

Comment devenir un espace de stock ou compétitif ?

* Madior Ly



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *