Le marquage des stocks d’armes des forces de défense et de sécurité nationales a démarré – Togo-Presse


La Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération, la Circulation et le Trafic illicite des Armes légères et de Petit calibre (CNLPAL), en collaboration avec les agences du Système des Nations Unies, a procédé, ce 22 août,, au démarrage de l’opération de marquage des armes des forces de défense et de sécurité. L’opération qui a débuté avec le stock des armes de la Police nationale entre dans le cadre du Projet d’Assistance à la Sécurité physique, Gestion de stocks, marquage et destruction des armes obsolètes. Le but est de contribuer à faciliter les enquêtes de la police judiciaire et à assurer la sécurité nationale et internationale dans un contexte de lutte contre les crimes organisés et le terrorisme.

L’opération de marquage des armes des forces de défense et de sécurité nationale a débuté hier, à la place d’armes de la Direction générale de la Police Nationale à Lomé. Ceci, en présence du président de la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération, la Circulation et le Trafic illicite des Armes légères et de petit calibre (CNLPAL), le Commissaire divisionnaire de police, TêkoMawuli Koudouovoh, du directeur général de la police nationale, le Lt.col. Yaovi Okpaoul, le représentant du Centre des Nations Unies pour la Paix et le Développement en Afrique (UNREC) et de plusieurs autres responsables des forces de défense et de sécurité nationales.

Selon le président du CNLPAL, cette opération de marquage des armes s’explique par la situation sécuritaire très préoccupante en Afrique de l’Ouest marquée par la recrudescence de la criminalité transnationale organisée, les braquages, les vols à main armée, le phénomène des coupeurs de route, les conflits intercommunautaires et le terrorisme. Cette activité, a soutenu M. Koudouovoh, s’explique également par le lien très étroit entre les armes légères et de petit calibre et la commission de ces crimes, dans le sens où les réseaux criminels sont animés par ces armes qui créent l’insécurité, laquelle sabote les efforts de développement des Etats. C’est pourquoi, le Togo, sous l’impulsion du chef de l’Etat, s’active pour rechercher par la population, la solidarité et par le professionnalisme des structures étatiques les stratégies idoines pour lutter contre le fléau, a-t-il soutenu. « Parmi ces stratégies se trouve le marquage des armes auquel nous assistons ce jour à la DGPN », a relevé le président du CNLPAL. A son avis, le marquage est une stratégie qui facilite le traçage des armes, les enquêtes au niveau de la police judiciaire et protège les populations. « Nous sommes très satisfaits du travail qui a commencé ici avec nos équipes sur le terrain. Ces équipes vont sillonner le pays pour marquer les armes. Nous demandons à tous nos compatriotes de réserver un bon accueil à ces techniciens, parce que le marquage n’a pour seul objectif que de protéger nos populations et de lutter contre la grande criminalité surtout les braquages et le terrorisme », a conclu  M. Koudouovoh.

 

Blandine TAGBA-ABAKI

 

 

 



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *