La gestion de Maggie De Block sous le feu des critiques


Le stock stratégique de masques de protection de la Belgique a été détruit (car périmé) sans être remplacé… Pour des raisons budgétaires?

« On parle ici d’une nouvelle, mais légère grippe qui va continuer à voyager autour du globe et ensuite deviendra une grippe saisonnière comme on vient d’en avoir une. »

Voilà comment Maggie De Block décrit le coronavirus, le 5 mars, en séance plénière à la Chambre. On gère, SVP pas de catastrophisme, explique alors la ministre de la Santé (Open Vld). On ne va pas s’affoler pour une grippette. Quelques jours plus tôt, elle n’avait pas hésité à traiter de « dramaqueens » (tragédiennes) les voix scientifiques peu rassurées par son approche, jugée trop dilettante.

Le feuilleton des masques de protection

Dix jours plus tard, on apprend qu’une grosse commande de masques de protection n’arrivera pas dans le timing voulu, que la firme turque à laquelle la commande a été passée est soupçonnée de fraude et que le SPF Santé publique a déposé plainte au parquet de Bruxelles.

Coronavirus: Kit de survie

Notre kit de survie du confinement

Et puis, ce mardi, le site Apache.be indique que le précédent stock stratégique de masques de la Belgique a été détruit (car périmé)… sans être remplacé. Pour des raisons budgétaires? « Stockés à la Défense mais pas dans de bonnes conditions, les masques étaient devenus inutilisables », nous répond le cabinet De Block. « C’est pour cela qu’ils ont été détruits en 2017. »

Oui, mais le cabinet avait un plan. Suite à la destruction des masques, « nous avons demandé un plan au SPF Santé publique pour un nouveau stock stratégique. Nous voulions une proposition de stock tournant, dont une partie est régulièrement mise sur le marché, pour éviter qu’il ne périme. Cela demande plus de temps, mais acheter des masques sans plan revient à gaspiller l’argent du contribuable. »

Voilà comment Maggie De Block justifie le manque de masques de protection en pleine pandémie.

An-ti-ci-per

« En temps normal, la ministre De Block aurait déjà dû démissionner depuis longtemps« , estime Catherine Fonck (cdH). « Mais je constate que la main sur la gestion de la crise sanitaire a été reprise depuis quinze jours par la Première ministre, ce que je souhaitais. »

La cheffe de groupe à la Chambre déplore « un manque d’anticipation » mais estime que « cette analyse devra être faite en temps utile. Pour l’heure, l’urgence est ailleurs. Il faut des mesures fortes et notamment rendre possible un dépistage massif, non seulement pour le personnel soignant, mais aussi pour éviter un effet rebond du virus quand on sortira du confinement. C’est là qu’il faut à présent anticiper! »



« Le manque d’anticipation logistique est flagrant. On n’a pas constitué les stocks stratégiques, notamment de matériel de protection, alors que les problèmes étaient prévisibles. »

Dr Gilbert Bejjani

secrétaire général de l’ABSyM

Chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej est sur la même longueur d’onde. « Le moment de l’analyse politique viendra. On ne se dispensera pas d’examiner les causes de cette crise, notamment le sous-financement du secteur de la santé décidé par le gouvernement Michel et l’ensemble de ses composantes. »

Rappelons que PS et cdH comptent parmi les neuf partis qui ont accordé jeudi dernier leur soutien pour six mois au gouvernement Wilmès II (MR, Open Vld, CD&V).

Pour l’Association belge des syndicats médicaux (ABSyM), « le manque d’anticipation logistique est flagrant. On n’a pas constitué les stocks stratégiques, notamment de matériel de protection, alors que les problèmes étaient prévisibles », estime le docteur Gilbert Bejjani, secrétaire général. Mais il ajoute être plutôt satisfait de la suite: « Une fois que la crise s’est déclenchée chez nous, la ministre a réagi relativement rapidement. »

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l’économie. Quel est l’impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *