Evaluation et gestion de stocks de thonidés tropicaux: Les opérateurs s’organisent


La rencontre de deux jours est une initiative du Comité d’administration du régime d’entreprise franche de transformation des produits halieutiques et de la Direction de l’aquaculture et des pêches.

Hôtel Radisson Blu, aéroport Félix Houphouët-Boigny,  Port-Bouët. Plusieurs experts, chercheurs, des représentants des Organisations non gouvernementales, de coopératives et associations, du secteur public, ont pris part, les 17 et 18 juillet, à la conférence sur l’évaluation et la gestion de stocks de thonidés tropicaux. Cette rencontre, qui ferme ses portes aujourd’hui, est une initiative du Comité d’administration du régime d’entreprise franche de transformation des produits halieutiques et de la Direction de l’aquaculture et des pêches. 

Cet atelier, soutient le secrétaire général du Comité d’administration des produits halieutiques (Carf), Jacques Datte, devrait permettre de faire connaître l’impact et les méthodes de mise en œuvre des recommandations de la Réunion du Comité permanent pour la recherche et les statistiques de la Commission internationale pour la conservation des thonidés d’atlantique sur l’évaluation du stock.

« Cette réunion contribuera à faire face à de nombreux défis liés à la pêche thonière dont la surexploitation des stocks de thonidés tropicaux, comme l’ont relevé les évaluations antérieures et notamment le thon obèse, et la compétitivité de nos entreprises », ajoute le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, à l’ouverture des travaux. Cette rencontre devrait également permettre de fournir davantage de renseignements sur l’état des stocks, et de disposer à termes, d’une règlementation sur cette espèce.

Le ministre a invité les acteurs de la filière thonière ivoirienne – dont dépendent des milliers de personnes- ainsi que les experts à bien percevoir les défis qui se posent, mais aussi à bien appréhender les recommandations de la Réunion du Comité permanent pour la recherche et les statistiques de l’Iccat sur l’évaluation du stock et à bien apprécier les outils et méthodes d’évaluation des stocks qui seront présentés dans l’optique d’une meilleure gestion de nos ressources, particulièrement d’une gestion durable des pêcheries de thons.

« L’enjeu pour nous, pays côtiers, reste de limiter l’impact de la pêche sur les ressources et les écosystèmes halieutiques. Et je reste persuadé que ces travaux permettront aussi bien une meilleure visibilité de l’état des stocks qu’une meilleure approche de gestion des stocks disponibles », conclut Kobenan Kouassi Adjoumani.

ANOH KOUAO





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *