Agnès Buzyn dévoile les pistes du gouvernement


Le sujet est devenu très médiatisé, en raison de ruptures de stock portant sur des produits courants, comme des antibiotiques, des vaccins ou des anticancéreux.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 14h01, mis à jour à 15h32

Temps de Lecture 2 min.

JOHN HOLCROFT / IKON IMAGES / PHOTONONSTOP

Le ministère de la santé a dévoilé, lundi 8 juillet, ses pistes pour lutter contre la pénurie de médicaments, qui reposent sur un meilleur partage de l’information et une meilleure gestion du « circuit du médicament », du fabricant jusqu’à la pharmacie.

Ces « grandes orientations » constituent « un point de départ » et seront enrichies des propositions des acteurs concernés, pour aboutir à un plan définitif en septembre, précise Agnès Buzyn dans le document présentant cette feuille de route.

Lire l’entretien : « Les pénuries de médicaments sont un problème purement financier »

Plus d’un Français sur quatre en difficulté

« Plus d’un Français sur quatre affirme aujourd’hui avoir été en difficulté pour acheter un médicament courant. Entre 2008 et 2018, c’est près de vingt fois plus de pénuries signalées », avait souligné la ministre de la santé fin mai.

Le premier axe de ce plan provisoire vise à « promouvoir la transparence et la qualité de l’information », en généralisant par exemple la plate-forme qui permet aux pharmaciens de signaler les ruptures d’approvisionnement au laboratoire concerné.

La feuille de route propose aussi « des actions ciblées et adaptées à chacun des acteurs du circuit du médicament », telle la possibilité donnée par la loi santé au pharmacien de « remplacer le médicament indisponible initialement prescrit par un autre médicament », lorsque la pénurie concerne un « médicament d’intérêt thérapeutique majeur ».

Retrouvez notre reportage : Pénurie de cortisone en France : « J’ai l’impression d’être une dealeuse obligée d’agir dans l’illégalité »

Coopération européenne

Elle prône également davantage de « coopération européenne », en poursuivant « les discussions sur l’achat groupé notamment de vaccins essentiels au niveau européen » et un « partage d’information concernant les situations et les causes des pénuries à l’échelle de l’Europe ».

Un comité de pilotage sera créé pour assurer la mise en œuvre de ces mesures, associant l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et « l’ensemble des acteurs concernés » (laboratoires pharmaceutiques, grossistes, associations de patients, etc.).

En 2017, 538 signalements de rupture ou tension d’approvisionnement ont été recensés en France par l’ANSM, un record en France, contre seulement 44 en 2008.

Le sujet est devenu très médiatisé, en raison de ruptures de stock portant sur des produits d’utilisation courante ou de première importance, comme des antibiotiques, des vaccins ou des anticancéreux. Ces dernières semaines, ce sont des difficultés d’approvisionnement concernant les corticoïdes qui ont provoqué l’inquiétude de médecins et de patients.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mettons fin aux « pénurie de corticoïdes »

Problème d’image

En février, le secteur pharmaceutique a publié un « plan d’actions » pour tenter de trouver des solutions à ce problème qui ternit son image.

Présenté par le Leem, la fédération française des industriels du médicament, ce plan propose notamment de définir un ensemble de « médicaments d’intérêt sanitaire et stratégique » pour lesquels des mesures de gestion de pénurie (stocks de sécurité mobilisables, suivi plus précoce des stocks, etc.) devraient être renforcées.

Cette recommandation figurait également dans un rapport du Sénat sur le sujet, publié en octobre.

Retrouvez la tribune : « L’industrie pharmaceutique est préoccupée avant tout par sa rentabilité financière »
Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *